mercredi 22 août 2018

Défauts de caractère, etc.

« La distinction entre maladies du “cerveau” et maladies “mentales”, entre problèmes “neurologiques” et “psychologiques”, relève d’un héritage culturel malheureux qui imprègne toute la société, en général, et la médecine en particulier. Elle reflète une méconnaissance fondamentale des rapports entre le cerveau et l’esprit. Dans le cadre de cette tradition, on estime que les maladies du cerveau sont des affections dont on ne peut blâmer ceux qui en sont atteints, tandis que les maladies psychologiques, et surtout celles qui touchent à la façon de se conduire et aux réactions émotionnelles, sont des troubles de la relation interpersonnelle, dans lesquels les malades ont une grande part de responsabilité. Dans ce contexte, il est courant de reprocher aux individus leurs défauts de caractère, le déséquilibre de leurs réactions émotionnelles, et ainsi de suite ; le manque de volonté est considéré comme la source primordiale de tous leurs problèmes. »
(Antonio R. Damasio, L'erreur de Descartes, Odile Jacob Poches Sciences, p. 67)

mercredi 15 août 2018

Voile

« Rûzbehan […] entendit une mère donner ce conseil à sa fille : “Ma fille, garde ton voile, ne montre ta beauté à personne, de peur qu'elle ne soit ensuite méprisée.” Alors, Shaykh Rûzbehan de s'arrêter et de dire : “Ô femme ! la beauté ne peut souffrir d'être séquestrée dans la solitude ; tout son désir est que l'amour se conjoigne à elle, car dès la prééternité, beauté et amour se sont fait la promesse de ne jamais se séparer.” »
(Rûzbehân Baqlî Shîrazî cité par Henry Corbin, En islam iranien, Gallimard tel, vol. III, p. 28)

jeudi 12 juillet 2018

Ecclésiaste 12.12

« … à faire un grand nombre de livres, il n’y aurait pas de fin,
et beaucoup d’étude est une fatigue pour la chair. »
Qohéleth 12, 12 (trad. NBS)

jeudi 28 juin 2018

Dans un monde sans mélancolie...

« Dans un monde sans mélancolie, les rossignols se mettraient à roter. » (Emil Cioran, Syllogismes de l'amertume)

« Ce sont Schopenhauer et Nietzsche qui, au siècle dernier, ont le mieux parlé de l'amour et de la musique. Pourtant l'un et l'autre n'avaient fréquenté que des bordels et, en fait de musiciens, le premier raffolait de Rossini et le second de Bizet. » (Emil Cioran, Aveux et anathèmes)

Laissons à Cioran son information sur les bordels de Schopenhauer et Nietzsche… Mais quant à la clé en mélancolie de la musique, comment ne pas s'étonner avec lui des goûts des deux célèbres philosophes ? Quand la mélancolie ferait s'interroger (sérieusement ?) sur la possibilité d'éviter un saut de Bach à Chopin… Quoique (et pour pardonner Karl Barth d'avoir placé Mozart où il l'a placé)…


Mozart - Piano Concerto no.23 - Adagio

dimanche 24 juin 2018

Alliance inabrogeable


... À écouter sur D4B



Mozart - Requiem in D Minor, K 626 VIII. Sequentia Lacrimosa

samedi 16 juin 2018

... Disparus...

« Le premier ciel et la première terre avaient disparu » (Apocalypse 21, 1).

beksinski